Home Société GAO: Le Bénin, le Togo, le Ghana et le Nigéria unissent leurs...

GAO: Le Bénin, le Togo, le Ghana et le Nigéria unissent leurs forces face à la crise énergétique

110
0

La capitale togolaise, Lomé, accueille depuis ce mardi 2 avril 2024 une réunion extraordinaire du Comité des Ministres du Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (GAO). Cette rencontre, convoquée à l’initiative du Togo, intervient dans un contexte régional marqué par une crise énergétique, avec pour objectif de trouver une solution pérenne aux problèmes auxquels est confronté le GAO.

Face aux coupures d’électricité récurrentes que subissent actuellement le Bénin, le Ghana, le Nigéria et le Togo, Mawunyo Mila Aziablé, ministre togolaise de l’Energie et des Mines et présidente en exercice du comité du Gazoduc a convoqué ses collègues afin de trouver des solutions pérennes.

Placée Sous le thème : « Quelles stratégies d’approvisionnement en gaz pour combler le déficit énergétique actuel de la sous-région », cette rencontre a offert l’opportunité aux ministres en charge de l’énergie des quatre pays concernés par le projet GAO de faire le point sur sa mise en œuvre, de relever les défis rencontrés et de définir de nouvelles stratégies en vue de dynamiser l’approvisionnement en gaz naturel et de trouver une solution durable à la crise énergétique en cours dans la sous-région ouest-africaine.

Au cours des travaux, qui réunissent également des experts du secteur de l’énergie, ainsi que des partenaires du projet GAO et d’autres personnalités relevant de la CEDEAO, les participants ont adopté et signé des résolutions visant à renforcer l’approvisionnement en gaz naturel au profit des centrales thermiques des pays de la sous-région.

« La crise énergétique que traverse actuellement notre sous-région pèse lourdement sur nos pays. Ce déficit énergétique a un impact significatif sur nos économies et le bien-être de nos concitoyens. Les perturbations de l’approvisionnement en gaz entravent nos activités quotidiennes. Par exemple, la demande en gaz naturel au Togo est actuellement de 35 000 MM BTU par jour, alors que seuls 5 000 à 15 000 MM BTU par jour sont fournis, voire rien du tout à certains moments. Cela entraîne des coûts de production d’électricité nationale très élevés lorsque des combustibles de substitution au gaz naturel sont disponibles, ou provoque des coupures fréquentes ayant des effets néfastes et fortement ressentis. Il en va de même pour nos voisins du Bénin et du Ghana », a expliqué la ministre en charge de l’Energie et des Mines du Togo, Mila Mawougno Aziablé, également présidente du comité des ministres du GAO.

Elle a souligné que cette réunion extraordinaire a été convoquée avec la ferme intention de parvenir à des solutions pérennes, de surmonter les obstacles supplémentaires et d’accroître l’offre de gaz sur le GAO.

Pour rappel, le Projet de Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest est une initiative issue du document de politique énergétique révisé de la CEDEAO. Ce projet vise à « améliorer la sécurité, la fiabilité et la qualité de l’approvisionnement énergétique » dans les États membres. Depuis 2012, ce projet, comprenant 678 km de pipeline, facilite le transport du gaz naturel du Nigéria vers les centrales thermiques de production d’énergie électrique du Bénin, du Togo et du Ghana.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here