Home Latest News Des boulangeries obligées de fermer leurs portes

Des boulangeries obligées de fermer leurs portes

151
0

Face à la hausse vertigineuse du prix de la farine de blé et de gasoil, certains boulangers des départements de l’Atlantique et du Littoral ont dû fermer leurs portes. Le sac de 50Kg est passé à 27.000 F voire 29.000 F au lieu de 20.000 F. Mieux, les boulangers n’en trouvent pas sur le terrain.

La farine de blé, principale composante dans la fabrication du pain connaît encore une nouvelle hausse. N’en pouvant plus, certains boulangers ont décidé cette fois-ci, de fermer leurs portes en attendant que la situation se rétablisse.
Dans un entretien accordé à la presse, le président de l’Association des promoteurs et exploitants de boulangerie (APEB Atl-Litt), Anselme Aguèmon, a donné quelques explications. « Nous n’avons pas décidé volontairement de ne pas produire du pain. Ce qui se passe est difficile pour nous. Nous ne sommes plus capables de produire dans les conditions actuelles », a-t-il confié. Le prix retenu en Conseil des ministres, dénonce-t-il, n’est pas respecté sur le marché et il n’y a aucun suivi. « Aujourd’hui, GMB nous vend difficilement la farine à 27.000 F au lieu de 20.000 retenus. Et ce n’est même pas disponible », déplore Anselme Aguèmon.
« C’est compliqué. Il y a aussi le gasoil qui est cher et n’est même pas disponible à trouver. Les mesures du gouvernement sont seulement sur papier. Rien n’est appliqué pour nous accompagner. C’est dur pour nous (…) », a poursuivi le président de l’APEB Atl-Litt.
Après une première hausse, les boulangers avaient été instruits à l’effet de produire le pain à 125F. Au cours d’une rencontre avec le ministre du commerce en mars dernier, des facilités devraient leur être accordées.
Selon le président de l’Association des promoteurs et exploitants de boulangeries, la société Grands Moulins du Bénin (GMB) devrait leur céder le sac de 50Kg à 23.500F au lieu de 28.000F. A l’en croire, une facilité avait été décrétée pour l’achat groupé. Des mesures qui, à l’époque les avaient réjouis.
Au Bénin, le prix du pain est fixé par un arrêté ministériel en date du 16 septembre 2008. Selon les textes, seul un autre arrêté sera pris pour fixer les nouveaux prix du pain dans le pays.
Pour l’heure, consommateurs et boulangers crient leurs ras-le-bol.

F. A. A.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here