Home Sports Algérie: Belmadi crée la polémique après l’élimination à la CAN

Algérie: Belmadi crée la polémique après l’élimination à la CAN

136
0
Djamel Belmadi (Getty Images)

Rien ne va plus au sein de la FAF (Fédération algérienne de football). En effet, depuis la défaite face à la Mauritanie, la sélection algérienne est pointée du doigt par de nombreux observateurs, à commencer par Nabil Djelit, spécialiste du football, qui travaille notamment sur la chaîne française, L’Équipe 21.

L’Algérie est éliminée de la CAN. En effet, l’équipe de Djamel Belmadi n’a pas été en mesure de sortir du premier tour de qualification, enchaînant deux matchs nuls, contre l’Angola et le Burkina Faso (respectivement 1-1 et 2-2) avant de perdre contre la Mauritanie (1-0) sur un but de Mohamed Dellah Yaly à la 37e minute de jeu. Depuis, les Fennecs sont critiqués de partout, à commencer par Djamel Belmadi.

Belmadi suscite la polémique en Algérie

Celui qui s’apprête à devenir l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale, après six années passées à sa tête, a effectivement pris la décision de quitter son poste. Pour le moment cependant, la rupture n’est administrativement pas actée. En effet, plusieurs sujets de discorde continuent d’alimenter les échanges et les discussions, à commencer par l’indemnisation demandée par Belmadi pour quitter la sélection.

Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé entre les équipes de la FAF (Fédération algérienne de football) et Djamel Belmadi. Les décideurs du football algérien ont ainsi proposé 2 mois de salaire de compensation au sélectionneur et ses équipes (qui ont accepté). En revanche, Belmadi réclamerait 1.2 million d’euros, soit trois fois plus que ce qui est proposé.

Nabil Djelit s’agace

Une situation qui a le don d’agacer Nabil Djelit. Le journaliste franco-algérien n’a pas mâché ses mots à l’encontre de Belmadi. Sur les réseaux sociaux, ce dernier a rappelé qu’en 2001, Abdel Djaadaoui, lorsqu’il a perdu face à l’Algérie, a démissionné sur le champ, ne réclamant aucune indemnité pour son échec. “Autre temps, autres mœurs…” conclut-il ainsi, preuve que le forcing du coach en place énerve beaucoup d’observateurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here